ACTUALITES

Greffage : La soudure

Greffage : La soudure

La greffe est une opération traumatisante pour la vigne et la soudure à une importance capitale dans la viabilité et le bon fonctionnement des plants de vigne.

La greffe :

Cette opération de coupe et d’assemblage de deux bois a pour objectif la solidité du futur plant et la juxtaposition maximale des tissus. L’opération est réalisée en pépinière entre février et avril.

• Greffe en Ω – Pratiquée dans 95% des cas, c’est une opération mécanisée automatisée en pépinière à un rythme de 600 à 700 greffe/heure. Il s’agit du risque le plus important de cal.

• Greffe en fente anglaise – Environ 5% des greffes, il s’agit d’une coupe oblique unique ou avec une encoche. Opération essentiellement manuelle, le rendement est 3 à 4 fois plus faible et implique un surcout par rapport à Ω mais la section oblique améliore la juxtaposition des tissus. Les diamètres doivent être identiques entre le greffon et le sujet (porte-greffe).

• D’autres greffes sont en développement comme la F2 du pépiniériste Hebinger ou le greffage en écusson directement sur la parcelle, en T-bud ou en chip-bud (voir article sur le surgreffage).

La cire :

Une fois assemblés, les plants sont plongés dans une cire au niveau du point de greffe.

Elle assure :

• Une meilleure rigidité physique du plant pour les premiers mois.
• Une protection contre le dessèchement de la zone du point de greffe pour améliorer la callogénèse
• Certaines cires hormonées ont pour but d’induire une callogénèse plus efficace

La stratification :

Les plants une fois enrobés de cire sont mis en chambre chaude à 28°C pendant 8 à 15jours avec une hygrométrie très contrôlée. Lors de cette étape doit se dérouler la callogénèse qui constitue la mise en continuité des vaisseaux conducteurs de sève entre le porte-greffe et le greffon (xylème = sève ascendante, phloème = sève descendante).
Le taux de réussite augmente quand les diamètres des deux bois sont équivalents et quand la coupe est oblique (par augmentation de la proximité et de la surface de contact entre les cambiums)
Le cambium une fois reconstitué va produire des tissus conducteurs qui assureront les flux de sève au point de greffe pour toute la durée de vie du plant. On estime qu’une greffe « parfaite » atteint 80% de soudure effective et tout disfonctionnement de la callogénèse diminue ce % et affaiblit l’efficacité de conduction de la sève.

Le tri :

Après une saison de croissance des racines, les plants doivent être testés et triés un par un à l’aide de la technique du coup de pouce. Cette pression sur le greffon permet d’éliminer les plants dont la soudure est trop fragile, révélatrice d’une mauvaise continuité des vaisseaux. Plus le tri sera strict, plus le nombre de vaisseaux conducteurs fonctionnels sera élevé.

Les plants en pots proposés l’année même du greffage, ne subissent pas le même contrôle par tri.

La qualité de la soudure et la vie des plants :

Le point de greffe est un goulot d’étranglement pour le système de conduction de sève. La callogénèse et le nombre de vaisseaux ayant une continuité entre les deux parties du plant sont des points critiques pour le fonctionnement.

Une bonne qualité de la soudure permet donc :
• Une bonne efficacité des flux, de première importance dans la croissance, la maturation des raisins et la mise en réserve hivernale.
• Une adaptation rapide aux aléas climatiques (fortes précipitations, sécheresse, coup de chaud)
• Une résistance aux maladies du bois : certaines formes de l’esca dépendent fortement de la mauvaise circulation de la sève
• Une diminution des risques de tylose et de mauvaise affinité greffon/porte-greffe

Conclusion : 

Au-delà de la validation d’un matériel végétal qualitatif et bien adapté au terroir, à l’environnement et aux pratiques culturales qui seront effectuées sur la parcelle, il faut développer une relation profonde avec ces partenaires pépiniéristes et réserver sa commande plus d’un an avant plantation.
Un pied de vigne devrait vivre au moins autant qu’un homme, il est donc capital de se donner les moyens pour qu’il traverse le temps.

Les cépages du berceau de la viticulture

Les cépages du berceau de la viticulture

A travers notre activité, nous avons l’occasion d’intervenir dans des vignobles extrêmes où la nature et la pratique culturale de l’homme à travers le temps, ont développé un écosystème idéal et original pour développer des cépages adaptés aux contraintes environnementales et révéler des vins particulièrement identitaires.

L’assyrtiko :

Ce cépage à peau blanche est présent dans de nombreuses régions en Grèce mais c’est certainement encore aujourd’hui celui produit sur l’île de Santorin qui est le plus connu.

Le sol primitif de l’île est d’origine métamorphique mais les nombreuses éruptions l’ont recouvert d’une couche de cendres volcaniques constituée de ponces, de scories et d’obsidiennes.

Le sol est donc pauvre et très poreux.

Le climat est semi-désertique avec des pluies limitées à la période hivernale, beaucoup de vent toute l’année ce qui assèche l’air mais diminue considérablement la température maximale en été.

Il n’y a pas de présence connue du phylloxéra sur l’île (environnement salin, peu ou pas d’argile dans le sol), le vignoble est plutôt ancien, implanté en franc de pied, pas de présence de pépiniériste ni de sélection clonale à ce jour.

Cépage très résistant à la sécheresse, au milieu salin, il dispose d’un pouvoir racinaire impressionnant.

Implantation à faible densité : 2000 à 2500 pieds par ha.

Taillé généralement en panier : type de guyot replié sur lui-même avec conservation de plusieurs  baguettes qui garantissent le potentiel fructifère. Les grappes placées au centre du panier sont protégées des brûlures du vent, du soleil. Il est préférable qu’elles ne touchent pas le sol.

La vigne survit grâce à la capacité de pomper l’humidité stockée en profondeur et aux rosées et brumes marines matinales.

Le vin produit est  sec  ou doux (Vinsanto) après un passerillage hors souche, les vendanges se concentrent entre le début et la fin août. Faible rendement <3t/ha.

Arômes principaux : agrumes, fenouil, réglisse, fruits blancs, gingembre, safran, notes minérales soufrées, allumettes.

Grosse tension acide et le potentiel phénolique contenu dans les peaux épaisses peut-être important.

L’öküzgözü :

Très ancien cépage autochtone turc à peau noire.

Cœur historique d’implantation, la région d’Elazig à l’Est de la Turquie.

Climat continental, Sol de nature argilo-calcaire. Les pluies hivernales ou la neige reconstituent suffisamment les réserves utiles en eau du sol.

Vignoble d’altitude implanté sur de vastes plateaux ou des collines douces entre 300 et 1000m.

Densité de plantation très faible 1200 à 1500 pieds/ha sans irrigation.

Pied installé le plus souvent en gobelet avec un tronc d’un mètre de haut. Son porte semi-retombant donne l’aspect d’un parasol qui protège ces raisins du rayonnement direct du soleil.

Il résiste très bien à la sécheresse, cycle de maturation lent, il est vendangé en général après le 15 octobre quand le climat est plus tempéré.

Les vins obtenus sont très exubérants sur le plan aromatique : fruits à chair jaune juteux, fruit exotique, finement épicé, la trame tannique légère et suave. Ensemble équilibré quand la maturité et l’extraction sont justes.

L’Areni noir :

L’Arménie est un pays d’altitude, fortement soumise aux mouvements tectoniques des plaques.

Le vignoble qui nous a interpellé est situé à 1600m, planté en foule à flanc de coteau au milieu des éboulis et des roches, franc de pied. Cette déclinaison exposée Sud-Ouest est protégée des gels de printemps qui affectent les plateaux même implantés à plus basse altitude.

La nature géologique du sol est complexe car très perturbée : présence à la fois de sol calcaire mais également recouvrement volcanique ancien.

La vigne est très âgées, plus de 100ans, franc de pied.

Les pieds sont plus ou moins installés en gobelet, certaines branches reposent sur les roches.

La vigueur est faible, les grappes et baies de petites tailles.

Cette présentation ne ressemble en rien aux autres vignes palissées, mécanisées, sur-irriguées par immersion que l’on peut voir ailleurs dans le pays installées pendant ou depuis la domination soviétique.
Les grappes sont en général employées pour la production de brandy.

Le cépage est très résistant au froid hivernal, le débourrement est tardif, la maturation lente, cépage de seconde génération récolté début octobre.

Les vins obtenus sont très noirs, violine avec une dominance d’arôme de violette rappelant certains Malbecs, réglisse, fruits noirs acides. La bouche est ample, avec des tanins fins ciselés.

L’ensemble équilibré par une belle tension, une profondeur de goût et un niveau d’alcool modéré.

En résumé : 

Ces trois sites sont emblématiques car ils font certainement partie du berceau de la production vinicole estimée à plus de 3000 ans avant J.-C. Ce n’est donc pas un hasard si l’équilibre cépage local/terroir/homme est si harmonieux. L’imprégnation de ces pieds dans leurs lieux est le garant d’une adaptabilité aux évolutions climatologiques en cours, reste un patrimoine végétal exceptionnel et un exemple cultural à suivre.

Bordeaux is back by Derenoncourt Consultants

Bordeaux is back
by Derenoncourt Consultants

 

Fervents défenseurs des crus artisans de Bordeaux, nous souhaitons aujourd’hui prendre le contrepied du Bordeaux bashing et trouver des solutions de distribution et de mise en avant de l’identité bordelaise auprès des journalistes et des professionnels de la filière.
Nous souhaitons reconquérir les professionnels en montrant à travers la dégustation la diversité et la qualité des crus artisans bordelais.
Découvrez la vidéo d’annonce de cette campagne « Bordeaux is back ».