La Vinification  grappes entières

Même si l’éraflage s’est généralisé dans l’élaboration des vins rouges, la vinification grappes entières reste toujours très pratiquée dans certaines régions et  sur certains cépages tels que le Pinot noir, la Syrah ou le Gamay.
Cette pratique tend à se développer depuis quelques années sur d’autres cépages.

Si l’éraflage a permis l’obtention de vins plus fruités, plus ronds et moins herbacés, il faut noter que l’utilisation d’un certain pourcentage de grappes entières permet d’obtenir des vins aux notes aromatiques plus florales, accentuant la sensation de fraicheur.

Cette pratique engendre aussi des vins aux tanins plus serrés, aux finales plus étirées mais aussi parfois à des amertumes plus ou moins prononcées si les rafles ne sont pas complètement mûres.
Car la rafle n’a d’intérêt en vinification que si elle est bien mûre, rouge et lignifiée.
Dans ce cas et uniquement dans celui là, elle peut apporter un supplément d’âme au vin.

En contrepartie, elle peut aussi apporter des tanins durs et astringents ainsi qu’une baisse d’acidité, et dans une moindre mesure d’une diminution du niveau d’alcool.
Une fois n’est pas coutume, il faut avant tout observer, bien sélectionner les grappes et raisonner son utilisation pour ne pas tomber dans le piège d’une standardisation aromatique de l’excès de rafle qui peut dans certains cas outrepasser la notion de sol.